Archives de catégorie : Réglementation

Désinfection Désinsectisation Dératisation

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Désinfection Désinsectisation Dératisation » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
E Les récipients à ordures ménagères, leurs emplacements ainsi que les locaux où ils sont remisés doivent être maintenus en constant état de propreté, désinfectés et désinsectisés aussi souvent que nécessaire et au moins une fois par an

Source : Règlement Sanitaire – vide ordure.

Annuel
Règlement sanitaire département
E Les conduits de chute des vide-ordures sont ramonés et nettoyés périodiquement et au moins deux fois par an. Ils sont maintenus en permanence en bon état d’utilisation et de propreté.

Source : Règlement Sanitaire – vide ordure.

Semestriel
Règlement sanitaire département
E Entretien périodique des bassins, mares… lutte contre les rongeurs

Source : Règlement Sanitaire – DDD.

Périodique
Règlement sanitaire département

IGH (immeubles de grande hauteur)

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « IGH (immeubles de grande hauteur) » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
D [Immeubles de Grande Hauteur à usage d’Hotel : IGHO] Mise en place dans les chambres d’une signalétique comprenant : plan sommaire, indication de la direction à prendre en cas d’évacuation, consignes simple sur la conduite à tenir en cas d’incendie ou audition du signal d’alarme

Source : Immeubles de Grande Hauteur GHO8.

Permanent
Règlement IGH
D [Immeubles de Grande Hauteur à usage d’habitation IGHA] Le service de sécurité assure des rondes tous les jours et aussi dans lors des aménagements ou déménagements, après le travail des ouvriers lorsque les travaux ont été réalisés dans les parties communes. Pendant les rondes, la permanence doit être assurée au poste de sécurité par une personne disposant de consignes et qui n’est pas nécessairement titulaire du certificat d’aptitude à l’emploi d’agent de sécurité des immeubles de grande hauteur.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GHA6.

Quotidien
Personnel de sécurité
Règlement IGH
D Vérifier la présence et le fonctionnement d’une ligne téléphonique fixe qui relie tous les dispositifs d’accès correspondant au même escalier et le poste central de sécurité. Présence sur site de trois postes téléphoniques portatifs par escalier pouvant être branchés sur la ligne téléphonique dans chacun des dispositifs d’accès ou appareils radiotéléphoniques.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH56.

Permanent
Règlement IGH
D Vérifier la présence de la signalétique de sécurité dans les circulations : numéro de l’étage, inscrit sur la porte de l’escalier, plan du niveau (repérage du dispositif d’accès, distribution générale du niveau, emplacement des ouvrants et leur commande d’ouverture, dispositifs d’évacuation d’eau, emplacement des moyens de secours, des vannes d’arrêt et du téléphone d’alerte.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH56.

Permanent
Règlement IGH
V Vérification triennalle des installations électriques dans les partie communes. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Triennal
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification semestrielle de fonctionnement des ascenseurs et monte-charge. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Semestriel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification quinquennalle des paratonnerres. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

5 ans
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
D Vérification d’absence d’encombrement dans les circulations et dégagement nécessaire au fonctionnement des portes coupe-feu à fermeture automatique.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH32,Immeubles de Grande Hauteur GH64.

Permanent
Règlement IGH
V Vérification annuelle du potentiel calorifique des éléments mobiliers, dans les parties communes . Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59,Immeubles de Grande Hauteur GH61.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification annuelle du fonctionnement des portes et volets coupe-feu ou pare-flammes et systèmes de détection. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification annuelle du dispositif d’arrêt automatique des installations de ventilation-climatisation et clapets placés sur les circuits aérauliques non protégés au droit des parois ayant un rôle coupe-feu ou pare-flammes . Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification annuelle des moyens de secours à l’exception des vérifications qui font l’objet d’un abonnement auprès de l’installateur qualifié. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification annuelle des installations électriques de sécurité (GH43) qui ne sont pas autosurveillées. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH43,Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification annuelle des installations d’appareils de cuisson destinés à la restauration. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
V Vérification annuelle des équipements de désenfumage. Attention l’ensemble des vérifications périodiques d’un IGH doivent être assurées par un même organisme agréé.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH59.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
D Un registre de sécurité doit être tenu, par le propriétaire, les renseignements indispensables au contrôle de la sécurité précisés, en particulier : les diverses consignes établies en cas d’incendie, l’état nominatif et hiérarchique des personnes appartenant au service de sécurité, l’état et les plans de situation des moyens mis à la disposition de ce service, les dates des exercices de sécurité, les dates des diverses vérifications et contrôles. Le registre de sécurité est soumis chaque année au visa du maire.

Source : Code de la Construction R122-29.

Annuel
Maire
Règlement IGH
D Surveillance permanente de l’isolement des compartiments (portes de sas, portes et volets ouverts en permanence, clapets…)

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH27.

Permanent
Règlement IGH
D Mise en place et affichage des consignes d’incendie dans les circulations et les ascenseurs. Signalétique de dégagement des portes coupe-feu.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH32,Immeubles de Grande Hauteur GH60.

Permanent
Propriétaire
Règlement IGH
D Mise en place d’un service de sécurité chargé de la sécurité incendie et de la maintenance technique. Ces membres disposent des qualifications spécifiques. Ce service assure une permanence au poste de sécurité, organise des rondes, applique les consignes en cas d’incendie, dirige les secours en attendant l’arrivée des sapeurs-pompiers, veille au bon fonctionnement de tout le matériel de protection contre l’incendie, il effectue ou fait effectuer l’entretien. Il est également chargé de tenir à jour le registre de sécurité et d’instruire le personnel chargé dans certaines classes d’immeubles de l’application des consignes d’évacuation.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH62.

Permanent
Propriétaire
Règlement IGH
D Mise en place d’exercices d’évacuation par compartiment et de séances d’information destinées à familiariser les occupants avec l’emploi de moyens de secours

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH60.

Annuel
Propriétaire
Règlement IGH
D Les vérification périodiques sont réalisé par un même organisme agréé

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH4,Code de la Construction R122-16.

Selon nature des installations
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH
D Les occupants sont tenus de s’assurer que le potentiel calorifique des éléments mobiliers introduits dans les locaux qui leur sont affectés n’excède pas les limites définies.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH61.

Permanent
Occupant
Règlement IGH
D Le service de sécurité est composé de personnels qualifiés, la composition du service dépend du nombre de chambres. Des consignes de sécurité sont affichées dans les chambres.

Source : Immeubles de Grande Hauteur de type O : GHO7.

Permanent
D Le service de sécurité est assuré en permanence par trois agents de sécurité au moins, dont un chef d’équipe et un agent de service par niveau, les jours de présence des étudiants. Les rondes doivent avoir lieu, la première immédiatement après le départ des étudiants, la suivante, deux heures plus tard et une troisième au moins dans le courant de la nuit. Le service central de sécurité doit organiser des exercices d’évacuations périodiques, les occupants sont tenus d’y participer.

Source : Immeubles de Grande Hauteur de type R : GHR12.

Permanent
Règlement IGH
D Le service de sécurité doit organiser au moins chaque trimestre des exercices d’évacuation.

Source : Immeubles de Grande Hauteur de type U : GHU.

Trimestre
Règlement IGH
D Le service de sécurité doit comprendre un service central de sécurité (permanence de cinq agents de sécurité au moins) et un service local de sécurité par compartiment (personnel chargé de la surveillance). Le service central de sécurité a notamment pour missions de connaître les risques particuliers de l’établissement, d’assurer des rondes, d’organiser des exercices d’évacuation. Le service local de sécurité a pour mission en cas d’alerte de déclencher l’alerte et l’alarme, d’organiser l’évacuation du sous-compartiment, de mettre en œuvre les moyens de premiers secours et de rendre compte de la situation au poste central de sécurité.

Source : Immeubles de Grande Hauteur de type U : GHU.

Permanent
Règlement IGH
D La surveillance est assurée par un service de sécurité unique, composé sous la direction d’un même chef, d’un service central permanent et de services locaux par compartiment.

Source : Immeubles de Grande Hauteur de type Z : GHZ5.

Permanent
Règlement IGH
D Information des occupants sur les conditions dans lesquelles est assurée la protection contre l’incendie de l’immeuble et de l’importance du respect des diverses dispositions de sécurité.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH60.

Permanent
Propriétaire
Règlement IGH
D Définition : immeuble dont le plancher bas du dernier niveau est situé, par rapport au niveau du sol le plus haut à plus de 50 mètres pour les immeubles à usage d’habitation, à plus de 28 mètres pour tous les autres immeubles. Ils sont classés en 8 catégories : G.H.A. (habitation), G.H.O. (hôtel), G.H.R. (enseignement), G.H.S. (dépôts d’archives), G.H.U. (sanitaire), G.H.W. 1 (immeubles à usage de bureaux, hauteur du plancher bas comprise entre 28 et 50 mètres), G.H.W. 2 (immeubles à usage de bureaux dont la hauteur du plancher bas est supérieure à 50 mètres), G.H.Z. (immeubles à usage mixte).

Source : Code de la Construction R122-2 et R122-5.

Permanent
Règlement IGH
V Dans les locaux autres que les locaux d’habitation, les occupants sont tenus de faire établir, par un organisme ou une personne agréé, une attestation de la conformité du potentiel calorifique.

Source : Immeubles de Grande Hauteur GH61.

5 ans
Personne ou organisme agréé
Règlement IGH

Eclairage de sécurité

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Eclairage de sécurité » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
E Vérification de l’état des accumulateurs (autonomie d’une heure au moins)

Source : Réglement ERP – EC13,Réglement ERP – EC14,Norme NF C71-830.

Semestriel
Exploitant
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
V Vérification de l’ensemble des installations d’éclairage de sécurité

Source : Arrêté du 10-10-2000,Réglement ERP – EC15,Réglement ERP – GE6.

Annuel obligatoire
Personne ou organisme agréé ou technicien compétent (GE6)
Code du travail
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E Vérification de l’allumage de secours (mensuellement passage à la position de fonctionnement et remise en position de veille)

Source : Réglement ERP – EC13,Réglement ERP – EC14,Norme NF C71-830.

Mensuel
Exploitant
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
V Pour les ERP de 5ème Catégorie avec locaux à sommeil : vérification des installations prévue à l’article EC15 du règlement de sécurité

Source : Réglement ERP – EC15,Réglement ERP – GE6,Décret 2004-1141 du 27-10-2004.

Annuel
Personne ou organisme agréé ou technicien compétent (GE6)
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E Pour les ERP de 5ème Catégorie avec locaux à sommeil : entretien des installations prévu aux articles EC13-15 du règlement de sécurité

Source : Réglement ERP – EC13,Réglement ERP – EC14,Décret 2004-1141 du 27-10-2004.

Personnel compétent
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E Pour les ERP de 5ème Catégorie : Entretien et vérification des installations

Source : Norme NF C71-830,Réglement ERP – PE4.

Annuel
Technicien compétent
Règlements ERP catégorie de 5
E Maintenance annuelle des BAES définie par la norme NF C71-830 (blocs visible, témoin de charge, bon fonctionnement de la télécommande, mise en place de l’étiquette de maintenance…)

Source : Réglement ERP – EC13,Réglement ERP – EC14,Norme NF C71-830.

Annuel
Personnel qualifié
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E L’exploitant de l’établissement doit pouvoir disposer en permanence de lampes de rechange correspondant aux modèles utilisés dans l’éclairage de sécurité. Une notice descriptive des conditions de maintenance et de fonctionnement doit être annexée au registre de sécurité. La maintenance des blocs autonomes doit être réalisée conformément aux dispositions de la norme NF C 71-830

Source : Réglement ERP – EC13,Réglement ERP – EC14.

Exploitant
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
D L’autonomie des batteries sur source centrale est de 6 heures au moins

Source : Règlement ERP type O : O17,Règlement ERP type R : R27.

Permanent
Exploitant
Règlement ERP Type O : Hôtels
Règlement ERP Type R : Enseignement ou colonies de vacances

Legionellose

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Legionellose » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
D [LEGIONELLOSE] Elaboration par les exploitants de tours aéroréfrigérantes avec dispersion d’eau dans un flux d’air, d’un plan d’entretien préventif, de nettoyage et désinfection de l’installation. Le plan d’entretien préventif, de nettoyage et désinfection de l’installation est défini à partir d’une analyse méthodique de risques de développement des légionelles.

Source : Arrêté du 13-12-2004.

Pas définie
Exploitant
Code de l’environnement
V Maintien et contrôle de température de l’eau chaude sanitaire : 50°C, 60°C selon les cas. 90°C pour des usages spéficiques et signalétique adaptée.

Source : Arrêté du 30-11-2005.

Pas définie
Exploitant
Code de la construction
E L’arrêté du 1er février 2010 fixe la surveillance des
légionelles dans les installations de production, de stockage et de
distribution d’eau chaude sanitaire.
Il concerne les Etablissements Recevant du Public (E.R.P.)
comportant des points d’usage à risque, exposant les populations
à des aérosols d’eau issus des réseaux d’eau chaude sanitaire
collectifs avec une production d’eau chaude centralisée (les
productions d’eau chaude sanitaire individuelles n’entrent pas
dans le champ d’application de l’arrêté). Ces points d’usage sont
des douches, douchettes, bains à remous ou à jets.
L’arrêté ne s’applique pas aux bâtiments d’habitation ni
aux locaux de travail si ceux-ci ne sont pas répertoriés comme
E.R.P.

Source : Arrêté du 1er février 2010.

Mensuel
Organisme agréé
Code de la santé publique
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5
E LEGIONELLOSE :Le responsable des installations met en œuvre une surveillance de ses installations afin de vérifier que les seuils mentionnés sont respectés en permanence au niveau de tous les points d’usage à risque.

Cette surveillance repose notamment sur des mesures de la température de l’eau et des campagnes d’analyse de légionelles dans chacun des réseaux d’eau chaude sanitaire, aux fréquences de contrôle minimales précisées en annexe 1 pour les établissements de santé et en annexe 2 pour les autres établissements. Le choix des points de surveillance relève d’une stratégie d’échantillonnage qui tient compte du nombre de points d’usage à risque.

Dans le cas où les réseaux d’eau chaude sanitaire ne sont pas utilisés pendant plusieurs semaines, des prélèvements pour l’analyse de légionelles sont réalisés après la purge des réseaux et dans les deux semaines qui précèdent l’accueil du public. Les prélèvements sont programmés de telle sorte que les résultats d’analyses de légionelles soient connus du directeur de l’établissement avant l’accueil du public.

Le responsable des installations assure la traçabilité de cette surveillance. Il consigne les modalités et les résultats de cette surveillance avec les éléments descriptifs des réseaux d’eau chaude sanitaire et ceux relatifs à leur maintenance dans un fichier sanitaire des installations, qui est tenu à disposition des autorités sanitaires.

Source : Arrêté du 1er février 2010.

Minimum Annuel et autant que nécessaire
Personnel compétent
Code de la santé publique
E LEGIONELLOSE : Dans le cadre de la prévention du développement des légionelles, les tours aéroréfrigérantes doivent faire l’objet d’un contrôle de l’intégrité des dispositifs d’arrêt des gouttelettes, une vérification de l’évacuation correcte des eaux de rejet à l’égout, un nettoyage périodique des circuits… Les prestations sont enregistrées dans un carnet d’exploitation.

Source : Circulaire DGS N° 97/311 du 24-04-1997.

Entreprise qualifiée
Code de la santé publique

Electricité

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Electricité » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
V Vérifications des matériels des installations temporaires ou semi-permanentes

Source : Règlement ERP type L : L13.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement ERP Type L : Salles polyvalentes
V Vérification de l’ensemble des installations (y compris éclairage de sécurité et paratonnerre)

Source : Réglement ERP – EL19.

Annuel obligatoire
Personne ou organisme agréé
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E Une surveillance des installations doit être réalisée aussi fréquemment que de besoin et doivent donner lieu en temps utile aux opérations d’entretien et de remise en conformité qui s’avèrent nécessaires

Source : Décret 88-1056 du 14-11-1988 Art. 47.

Personnel compétent
Code du travail
E Tout chef d’entreprise doit s’assurer que tout son personnel effectuant des opérations d’ordre électrique ou au voisinage d’ouvrages électriques est habilité à cet effet

Source : Décret du 14-11-1988 et norme C18-510.

Personnel Habilité
Code du travail
V Protection des travailleurs dans les établissements qui mettent en oeuvre des courants électriques (Code du Travail).

Source : Arrêté du 10-10-2000,Décret 88-1056 du 14-11-1988 Art. 53.

Annuel obligatoire
Personne qualifiée
Code du travail
V Pour les ERP de 5ème Catégorie avec locaux à sommeil : vérification des installations prévue à l’article EL19 du règlement de sécurité

Source : Réglement ERP – EL19,Réglement ERP – GE6,Décret 2004-1141 du 27-10-2004.

Annuel
Personne ou organisme agréé ou technicien compétent (GE6)
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E Pour les ERP de 5ème Catégorie avec locaux à sommeil : entretien des installations prévu à l’article EL18 du règlement de sécurité

Source : Réglement ERP – EL18,Décret 2004-1141 du 27-10-2004.

Annuel
Personnel qualifié
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E Pour les ERP de 5ème Catégorie : Entretien et vérification des installations

Source : Réglement ERP – PE4.

Personnel compétent
Règlements ERP catégorie de 5
V PARATONNERRE : Vérification de la conformité des éventuels systèmes de protection contre la foudre (paratonnerres) aux dispositions de leur norme

Source : Réglement ERP – EL19.

Annuel
Personnel qualifié
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
V PARATONNERRE : la norme NF C 17- 100 recommande d’adapter la périodicité des vérifications périodiques au niveau de protection souhaitées

Source : Norme NF C 17-100.

1 à 4 ans selon le niveau de protection
Personnel qualifié
Norme
V PARATONNERRE : des dispositions particulières sont prises selon le type et l’usage du bâtiment : Établissements pyrotechniques (Décret n°79-846 du 28/09/79), Installation d’élevage de volailles (Arrêté du 20/12/82), Hôtels restaurant d’altitude (Arrêté du 23/10/87), Silos (Arrêté du 29/07/98 et Arrêté du 15/06/00)

Source : –

2 à 4 ans
Entreprise qualifiée
Code de l’environnement
V PARATONNERRE : Certaines installations classées doivent être protégées de la foudre. Les dispositifs de protection contre la foudre de ces installations doivent être vérifiés tous les cinq ans selon l’article 5.1 de la norme française C 17 100

Source : Arrêté du 28-01-1993,Circulaire 93-17 du 28-01-1993.

5 ans
Entreprise qualifiée
Code de l’environnement
E Les installations doivent être constamment maintenues en bon état de fonctionnement. Réparations immédiates : les défectuosités et défauts d’isolement doivent être réparés dès leur constatation. Dans tous les établissements de 1° et 2° catégorie, la présence d’une personne qualifiée est requise pendant la présence du public. Après avis de la commission départementale de sécurité, cette mesure peut être imposée dans les établissements de 3° et 4° catégorie.

Source : Réglement ERP – EL18.

Permanent
Personnel qualifié
Règlements ERP catégorie de 1 à 4
Règlements ERP catégorie de 5 avec locaux à sommeil
E Le matériel d’éclairage doit pouvoir être entretenu aisément

Source : Code du Travail Article R4223-11.

Personnel compétent
Code du travail
E ERP de type L : Les installations doivent être constamment maintenues en bon état de fonctionnement. Réparations immédiates : les défectuosités et défauts d’isolement doivent être réparés dès leur constatation. Dans tous les établissements de 1°, 2° et 3° catégorie, la présence d’une personne qualifiée est requise pendant la présence du public.

Source : Réglement ERP – EL18,Règlement ERP typeL : L57.

Permanent
Personnel qualifié
Règlement ERP Type L : Salles polyvalentes

Locaux de travail

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Locaux de travail » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
E Les locaux de travail et leurs annexes sont régulièrement entretenus et nettoyés. Ils doivent en outre être exempts de tout encombrement.

Source : Code du Travail Article R4224-18.

Code du travail
V INSTALLATIONS CHIMIQUE : Les installations et appareils de protection collective contre le risque chimique doivent être régulièrement vérifiés et maintenus en parfait état de fonctionnement

Source : Code du Travail Article R4412-11.

Code du travail
V Il est tenu de vérifier, dans le cadre d’installation de soudage ou d’oxydécoupage, l’état de maintenance et d’entretien des appareils , de la signalisation des dispositifs de sécurités, de la manoeuvre des organes de coupures d’alimentation et de l’étanchéité des canalisations.

Source : Arrêté du 13-07-2000,Réglement ERP type R : R5.

1 an
Organisme agréé
Régles générales
Règlement ERP Type R : Enseignement ou colonies de vacances
V ECHELLE : Echelle en bois

Source : Arrêté 15 juillet 1963.

6 mois
Personnel qualifié
Code du travail
V Contrôle périodique des installations d’aération et d’assainissement des locaux de travail :
Le chef d’établissement est tenu d’assurer régulièrement le contrôle de ces installations et doit tenir à jour la notice d’instruction et les consignes d’utilisation. Ces opérations périodiques s’effectuent au minimum tous les ans, et tous les six mois lorsqu’il existe un système de recyclage.

Source : Arrêté du 12-07-1990.

Semestriel ou annuel
Organisme agréé
Code du travail

Equipements de levage

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Equipements de levage » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
V ERP de type L : Vérification annuelle des moyens de levage

Source : Règlement ERP typeL : L57.

Annuel
Personne ou organisme agréé
Règlement ERP Type L : Salles polyvalentes
V APPAREILS DE LEVAGE : Organes de suspension des ponts élévateurs de véhicules

Source : Arrêté 27 juillet 1961 modifié.

3 mois
Personnel qualifié
Code du travail
V APPAREILS DE LEVAGE : mus par une énergie autre que la force humaine employée directement, utilisés pour le transport des personnes ou pour déplacer en élévation un poste de travail

Source : Arrêté du 1-03-2004.

6 mois
Personnel qualifié ou organisme agréé
Code du travail
V APPAREILS DE LEVAGE : mus par la force humaine employée directement, utilisés pour déplacer en élévation un poste de travail

Source : Arrêté du 1-03-2004.

3 mois
Personnel qualifié
Code du travail
V APPAREILS DE LEVAGE : contenu et suivi du carnet de maintenance

Source : Arrêté du 2-03-2004.

3 mois
Personnel qualifié
Code du travail

Machines – équipements de travail

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Machines – équipements de travail » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
V Les installations et dispositifs techniques et de sécurité des lieux de travail sont entretenus et vérifiés suivant une périodicité appropriée.

Toute défectuosité susceptible d’affecter la santé et la sécurité des travailleurs est éliminée le plus rapidement possible.

Source : Code du Travail – R4224-17.

Périodicité appropriée
Personnes qualifiées et compétentes
Code du travail
V EQUIPEMENTS DE TRAVAIL : Les équipements suivants doivent faire l’objet d’une vérification : presses mécaniques et presses hydrauliques (voir liste détaillée) , massicots pour la découpe du papier, du carton, du bois ou des matières plastiques en feuille , machines à cylindres pour l’industrie du caoutchouc , presses à balles , compacteurs à déchets , systèmes de compactage des véhicules de collecte d’ordures ou de déchets

Source : Arrêté du 5-03-1993.

Trimestriel
Personnel qualifié
Code du travail
V EQUIPEMENTS DE TRAVAIL : Les équipements suivants doivent faire l’objet d’une vérification : centrifugeuses , machines mobiles d’extraction, de terrassement, d’excavation ou de forage du sol à conducteur porté et machines à battre les palplanches

Source : Arrêté du 5-03-1993.

Annuel
Personnel qualifié
Code du travail

Aires de jeu

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Aires de jeu » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
V Les exploitants ou gestionnaires d’aires de jeux devront établir un plan de vérification et d’entretien qui précisera la périodicité des vérifications.

Source : Décret du 18-12-1996,Décret du 10-08-1994.

A préciser dans le plan de maintenance
A préciser dans le plan de maintenance
Régles générales

Equipements de nettoyage à sec

Veuillez trouver ci-dessous les obligations réglementaires correspondant au composant « Equipements de nettoyage à sec » d’un bâtiment :

Type Nature Périodicité
Qui
E : Entretien – D : Dispositions d’exploitation – V : Vérifications Cadre réglementaire
E NETTOYAGE A SEC, les machines de nettoyage à sec (solvants halogénés) doivent être entretenues dans le cadre d’un contrat d’entretien.

Source : Règlement ERP type M : M40.

Non précisé
Entreprise qualifiée
Règlement ERP Type M : Centres commerciaux